La cardère – la fontaine aux oiseaux

Plante cardère au coucher du soleilCes derniers temps, on en trouve partout dans les parcelles du Marais Poitevin. L’eau limpide que retiennent ses feuilles nous donne presque envie de s’y abreuver. Partons à la découverte de la Grande cardère, cette plante sauvage qui a rendu des services à l’humanité dans le passé.

La cardère, un abreuvoir à oiseaux ?

cardere-reservoir-eau-marais-poitevinFamilièrement surnommée « fontaine aux oiseaux » ou « cabaret aux oiseaux », la première chose qui retient l’attention lorsqu’on observe une cardère ce sont les nombreuses petites réserves d’eau superposées le long de sa tige. En effet, les feuilles de la cardère sont comme soudées entre elles et reliées à la tige de la plante, formant un piège à eau lors des précipitations. Les oiseaux viennent-ils s’y abreuver pour autant ? Pour l’instant, je n’ai pu l’observer ni trouver aucune preuve photographique sur le web.

Jeunes pousses de cardère  Plante cardère au bord de l'eau dans le Marais Poitevin

Plante cardère adulteCette grande plante appartient à la famille des chardons et peut atteindre une hauteur de 2 mètres de haut à maturité. La plante est dite bisannuelle, c’est-à-dire qu’elle grandit durant sa première année d’existence et fleurit lors de sa deuxième année.

La floraison de la cardère a lieu durant les mois de juillet et août où l’on peut observer l’apparition de petites fleurs de couleur mauve-violette sur ses chardons épineux. Les graines de la cardère (jusqu’à 600 par chardon) mûrissent ensuite durant les mois de septembre à octobre puis la plante meurt. Lors de cette période, on aperçoit fréquemment des oiseaux granivores sur ses chardons. Friands de graines, cette particularité a par exemple donné leurs noms aux oiseaux « chardonnerets ».

Plante cardère en fleur   Quatre plantes cardères adultes

La cardère, ancêtre de la machine à lainer

Peigne de cardère

Durant le moyen âge et jusqu’à la fin du XIXème siècle, la cardère était activement cultivée par l’homme. En effet, les chardons de la cardère étaient employés comme outils de travail pour démêler les fibres de laine. Cette plante a d’ailleurs prêté son nom à l’expression « carder la laine ». Les têtes de cardères étaient assemblées sur des sortes de peignes surnommés « croisées » que l’on utilisait manuellement pour brosser les tissus en laine.

Vitrail avec cardère à Notre Dame dans la ville de Semur en Auxois   Représentation du moyen age filage de laine avec peigne de cardère

Puis au XXème siècle, l’apparition des machines à lainer a mis fin à l’exploitation de la cardère.

Vous avez aimé cet article ? Participez à la promotion du blog du Marais Poitevin en partageant l’article sur les réseaux sociaux ou en laissant un commentaire en bas de page ! Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *