La loutre

Couple de loutres

Un animal emblématique

Loutre qui bailleAnimal emblématique du Marais Poitevin, ce animal carnivore est un véritable champion de la natation. La loutre possède un corps fuselé, une petite tête plate, une queue épaisse et puissante servant de gouvernail, des pattes courtes et palmées dotées de cinq doigts et un pelage imperméable à l’eau.

La loutre mesure entre 80 et 160 cm, dont 30 à 50 cm pour la queue. Elle pèse entre 4 à 15 kg. Les mâles sont plus lourds et plus gros que les femelles. Un mâle peut atteindre le poids de 20 kg.

L’espérance de vie de la loutre est d’environ 12 ans.

Une marathonienne

Disposant d’un vaste territoire de chasse (environ 30 km²), la loutre peut parcourir jusqu’à 20 km lors de ses déplacements nocturnes. Elle dispose de plusieurs « gîtes » de fortune sur son territoire lui permettant de se reposer au gré de ses déplacements. En revanche, la loutre choisit un « gîte » beaucoup plus exigeant en terme de confort pour son terrier de reproduction surnommé « catiche ».

Loutre nageant sous l'eau

Un faible taux de reproduction

La loutre a un taux de reproduction assez faible. Elle donne naissance à 2-4 loutrons tous les 2 ans environ. Après 60 jours de gestation, les « loutrons » naissent et restent auprès de leur mère pour parfaire leur apprentissage de la chasse jusqu’à l’âge de 8 mois. Passé ce délais, ils quittent leur mère à la recherche d’un nouveau territoire où s’établir. La maturité sexuelle interviendra à l’âge de 2 ou 3 ans.

Loutre et ses loutrons dans l'eau
Loutre et ses loutrons

Un appétit d’ogre

Une loutre consomme quotidiennement entre 500 g et 1500 g de nourriture. Ce carnivore chasse principalement de nuit et se nourrit essentiellement de poissons (gardons, tanches, brochets, perches, anguilles, etc…) et petits amphibiens (grenouilles, crapauds). L’anguille reste le plat préféré de la loutre et constitue plus de 50% de son alimentation dans le Marais poitevin.

Où trouver la loutre dans le Marais Poitevin ?

Epreintes de loutre dans le Marais Poitevin
Epreintes de loutre

La loutre est présente depuis de nombreuses années dans le Marais Poitevin. Elle trouve notamment dans la partie « marais mouillé » un cadre de vie propice à son épanouissement : de l’eau, du calme et un réservoir en nourriture abondant.

Très discrète et méfiante, il est difficile d’avoir la chance d’apercevoir la loutre dans le Marais Poitevin. Animal nocturne, on peut cependant découvrir de nombreux indices de sa présence :

  • les épreintes : c’est le nom que l’on donne aux « crottes » de loutres. Très odorantes (senteur poissons et musc), on les retrouve à des endroits stratégiques choisis par la loutre pour marquer son territoire : sur les pierres rencontrées sous les ponts ou sur les souches des arbres.
Restes de repas de loutre
Restes de repas de loutre
  • les restes de repas : Très friande en coquillages (on trouve des petits mollusques d’eau douce dans le Marais Poitevin), on peut observer à certains endroits secs (sous les ponts par exemple) des chapelets de coquillages, marque d’un reste de repas de la loutre.
  • le piège-photo : une technique moderne d’observation de la loutre. Pour éviter une longue attente tapissé à l’affût afin d’apercevoir la loutre, il existe aujourd’hui des appareils photos équipés de détecteurs de mouvement. Bien positionnés à des endroits stratégiques, par exemple sous un pont possédant des épreintes de loutres, il est très facile de récupérer des photographies ou des vidéos de l’animal à son insu.
Sortie nocturne de loutre dans le Marais Poitevin
Il est 2h08 du matin, l’heure de la pêche…
  • les empreintes de loutre : également visible sous les ponts mais également dans les endroits où la végétation ne pousse pas et le terrain est légèrement humide et argileux, ces empreintes trahissent la présence de la loutre.

Un animal en voie d’extinction

Sortie nocturne de loutre dans le Marais Poitevin
Sortie nocturne de loutre dans le Marais Poitevin

En France, on comptait environ 50 000 loutres au début du 20ème siècle. Chassée pour la qualité de sa fourrure, sa population a fortement diminué au cours du siècle dernier. On en comptait à peine 1500 au début des années 1980.

Devenue protégée depuis 1981, la population de la loutre est remontée à environ 2000 individus en 2010. Sa sauvegarde est en bonne voie mais la loutre est loin d’être sauvé d’extinction.

Dans le Marais Poitevin, les principales causes liées à sa disparition sont :

  • la mortalité routière : les nombreuses routes départementales et communales qui parcourent le Marais Poitevin sont autant de dangers mortels pour la loutre qui meurt renversée par les véhicules ou subie des blessures graves l’empêchant de se mouvoir pour chercher sa nourriture.
  • loutre à zoodyssée deux sèvresla diminution de son espace vital : la loutre a besoin d’un immense territoire de prospection pour subvenir à ses besoins en nourriture (25 à 30 km²). Les activités humaines gagnent de plus en plus de terrain sur la nature (constructions de maison, parking, agriculture, etc…). Tous ces aménagements humains sont autant de terrains retirés à la loutre qui voit une limite à son épanouissement vital et à sa reproduction.
  • la pollution de l’eau et l’empoisonnement de ses proies : la loutre est très sensible à la propreté de l’eau. Les différents polluants que l’on retrouve de nos jours dans les rivières (nitrates, pesticides, etc…) sont autant de facteurs ne facilitant pas l’installation de la loutre. Par ailleurs, les proies de la loutre (poissons, amphibiens, etc…) ingèrent ces différents polluants et vont donc se retrouver dans l’estomac de la loutre.

Lien vers le RAPPORT D’ANALYSES TOXICOLOGIQUES – Mortalité loutres du Marais Poitevin

Loutre allongée sur le dos

Les moyens mis en œuvre pour protéger la loutre

  • Les « passages à loutre » : Pour lutter contre la mortalité routière, les collectivités locales ont installé depuis plusieurs années des « passages à loutre« . Installés au niveau des ponts et des routes, ces buses permettent à la loutre (et aux autres petits animaux) de traverser les réseaux routiers sans risquer l’impact avec un véhicule. Cette mesure ne permet pas de régler totalement la mortalité routière mais a le mérite de sauver quelques loutres chaque année.
  • loutre à zoodyssée deux sèvresPréserver la qualité de l’eau : La loutre étant très sensible à la qualité de l’eau, il revient à l’homme de tout mettre en œuvre pour éviter de polluer l’eau douce du marais et de ses bassins versants. Une agriculture raisonnée (utilisant moins de pesticides et d’engrais) ou biologique permettrait de résoudre une grande partie du problème. Mais aujourd’hui en France, ces pratiques ne représentent qu’un pourcentage infime de la production agricole. Le traitement des eaux usées de l’activité humaine est également une mesure phare traitée par les collectivités locales.
  • Préserver l’espace vital de la loutre : Dans le Marais Mouillé (Venise Verte), ce problème semble être résolu par l’aspect physique et isolé de cette partie du marais. En effet, étant inondable durant les périodes hivernales, toute construction durable est prohibée sur ce territoire. De même la difficulté d’accès aux terrains, du fait des nombreux canaux, rend difficile l’agriculture intensive. La loutre est donc assez présente dans le Marais Mouillé mais fuit le marais desséché.

Une loutre filmée en 2012 à la passe à poissons du Marais Pin (Magné) 

Plan national d’actions en faveur de la loutre d’Europe (Lutre lutre) 2010-2015

Loutre au repos

Loutre dans l'eau au parc animalier Zoodysée dans les Deux-Sèvres Loutre adulte dans les Deux-Sèvres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *