Sélectionner une page

La cardère – La fontaine aux oiseaux

La cardère – La fontaine aux oiseaux

Ces derniers temps, on en trouve partout dans les parcelles du Marais Poitevin. L’eau limpide que retiennent ses feuilles nous donne presque envie de s’y abreuver. Partons à la découverte de la Grande cardère, cette plante sauvage qui a rendu des services à l’humanité dans le passé.

La cardère, un abreuvoir à oiseaux ?

Familièrement surnommée « fontaine aux oiseaux » ou « cabaret aux oiseaux », la première chose qui retient l’attention lorsqu’on observe une cardère ce sont les nombreuses petites réserves d’eau superposées le long de sa tige.

En effet, les feuilles de la cardère sont comme soudées entre elles et reliées à la tige de la plante, formant un piège à eau lors des précipitations. Les oiseaux viennent-ils s’y abreuver pour autant ? Pour l’instant, je n’ai pu l’observer ni trouver aucune preuve photographique sur le web.

  
Plante cardère au bord de l'eau dans le Marais Poitevin
  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest

Cette grande plante appartient à la famille des chardons et peut atteindre une hauteur de 2 mètres de haut à maturité. La plante est dite bisannuelle, c’est-à-dire qu’elle grandit durant sa première année d’existence et fleurit lors de sa deuxième année.

La floraison de la cardère a lieu durant les mois de juillet et août où l’on peut observer l’apparition de petites fleurs de couleur mauve-violette sur ses chardons épineux. Les graines de la cardère (jusqu’à 600 par chardon) mûrissent ensuite durant les mois de septembre à octobre puis la plante meurt. Lors de cette période, on aperçoit fréquemment des oiseaux granivores sur ses chardons. Friands de graines, cette particularité a par exemple donné leurs noms aux oiseaux « chardonnerets ».

  
Quatre plantes cardères adultes
  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest

La cardère, ancêtre de la machine à lainer

Durant le moyen âge et jusqu’à la fin du XIXème siècle, la cardère était activement cultivée par l’homme. En effet, les chardons de la cardère étaient employés comme outils de travail pour démêler les fibres de laine. Cette plante a d’ailleurs prêté son nom à l’expression « carder la laine ».

Les têtes de cardères étaient assemblées sur des sortes de peignes surnommés « croisées » que l’on utilisait manuellement pour brosser les tissus en laine.

  
Représentation du moyen age filage de laine avec peigne de cardère
  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest

Puis au XXème siècle, l’apparition des machines à lainer a mis fin à l’exploitation de la cardère.

Vous avez aimé cet article ? Participez à la promotion du blog du Marais Poitevin en partageant l’article sur les réseaux sociaux ou en laissant un commentaire en bas de page ! Merci

A propos de l'auteur

Romain Gaillard

Blogueur et rédacteur web. Photographe et vidéaste amateur. Aventures en kayak, à pied et à vélo dans la nature. Autres passions : paramoteur et spéléologie.

7 commentaires

  1. CARDOT François

    Bonjour Romain,

    Merci de votre réponse. J’avais déjà eu l’occasion de consulter le site que vous m’indiquez. Il donne des enseignements très intéressants, mais je reste toujours à la recherche d’une preuve écrite associant la Cardère au patronyme Cardot. Pourtant j’ai beaucoup d’indices qui m’y ramène…..

    Bien cordialement. F. Cardot.

    Réponse
  2. CARDOT François

    Bonjour,
    Ma question est la suivante : au 15ième et 16ième siècle la Cardère était-elle cultivée par des manouvriers spécialisés ?
    Cette activité a t-elle donné un nom particulier à ceux qui l’exerçaient ?

    Merci de me donner votre point de vue.
    François.

    Réponse
  3. Florent

    Bonjour Romain,

    D’accord donc c’est une plante avec des vertues diverses, si j’en trouve une, je ne la regarderai pas de la même manière.Par contre pour les tiques, je ne vois pas comment des racines peuvent soigner la maladie de Lyme (les anciens étaient sans doute meilleur que nous).

    Réponse
    • Quéna

      Bonjour ,
      Le raçine de cardère guérit de la Maladie de Lyme que les tiques peuvent transmettre par morsure. Pour ta culture, je te recommande la lecture de l’excellent livre de Wolf-Dieter Storl : Guérir naturellement de la maladie de Lyme. Tout y est expliqué sur la maladie de Lyme, son histoire, le contexte, le sens qu’elle porte, ses conséquences. Il y explore très profondément tous les changements à apporter à sa vie pour remonter son système immunitaire en même temps qu’on erradique la bactérie par la raçine de Cardère. Une oeuvre majeure.
      Bonne lecture.
      Dominique.

      Réponse
  4. Florent

    Bonjour Romain,

    Cette plante est-elle associée comme une adventice ? A t-elle été importée d’un autre pays ?Dans tous les cas, je trouve qu’elle a toute sa place dans un bouquet de fleur.

    Merci pour cet article

    A bientôt

    Réponse
    • Romain Gaillard

      Bonjour Florent,

      La cardère n’est pas vraiment considérée comme une plante adventice (mauvaise herbe) dans la mesure où on la rencontre surtout dans les prairies et champs dédiés à l’élevage (les éleveurs laissent pousser la végétation basse dans leur champ pour servir d’aliment au bétail). En revanche, je n’ai pas retrouvé l’origine exacte de la cardère. Je peux seulement affirmer qu’elle est présente sur le territoire français depuis plusieurs siècles. L’utilisation de la cardère dans les métiers à lainer depuis le moyen-âge est là pour en attester !! Par ailleurs, je viens d’apprendre que les racines de la cardère ont également des vertus médicinales reconnues pour soigner la maladie de Lyme transmise par les morsures de tiques à l’homme et aux animaux.

      Réponse

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Qui suis-je ?

« Je suis Romain, natif et habitant du Marais Poitevin. Ce blog vous fera découvrir les richesses de ce vaste territoire : idées de balades à pied, à vélo ou sur l’eau, photos et vidéos à l’appui, découverte de la faune et la flore du Marais PoitevinAbonnez-vous à la newsletter ou suivez-moi sur les réseaux sociaux pour ne rien rater de mes prochaines parutions  ! »

Newsletter

Pin It on Pinterest

Share This

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer