La fritillaire pintade – La tulipe sauvage

fritillaire pintade marais poitevinChaque année, au printemps, les photos de cette fleur emblématique du Marais Poitevin font le buzz sur les réseaux sociaux. Et pour cause ! Cette jolie plante très populaire par le passé est devenue de nos jours très difficile à dénicher. Placée sur la liste rouge des espèces florales menacées en Poitou-Charentes, son avenir est étroitement lié avec celui des zones humides et plus particulièrement du Marais Poitevin. Partons à la découverte de la Fritillaire Pintade et de sa ribambelle de surnoms…  😀

La fritillaire et sa panoplie de surnoms bucoliques

coquelourde fritillaire pintade la garetteSelon les territoires et les localités, la fritillaire pintade possède un voir plusieurs surnoms utilisés depuis des siècles. Tout d’abord, pourquoi fritillaire pintade ? Le mot fritillaire vient du latin « fritillus » qui désignait le petit gobelet qu’utilisaient autrefois les joueurs pour secouer les dés avant de les lancer. Sa fleur en forme de cloche peut effectivement faire penser à un petit gobelet. Son association avec le mot pintade vient du fait que la couleur de ses pétales tachetés est similaire au plumage de la pintade, cet oiseau de basse-cour.

Que l’on soit originaire du marais mouillé, du marais desséché, du bocage, du nord Deux-Sèvres, du Mazeau, de Mauzé-sur-le-Mignon ou autres localités, la fritillaire est désignée par un ou plusieurs surnoms souvent dérivés du patois local. Le vôtre fait-il partie de la liste ?  🙂

Tulipe sauvage, coquelourde, chaudron, chaudroune, coccigrole, damier, paloube, melleagre, œuf de vanneau, bonnet d’évêque, papelote, talibourneau, pintage, pintadine, pipelotte, pisporettes, pimpelotte, cocarde, chaudrolle, couclourde…

Le réveil précoce de la fritillaire

A peine les beaux jours commencent-ils à revenir dès le début du mois de mars, que les premiers pieds de fritillaire pintade sortent de terre pour élancer leurs tiges vers le ciel. Alors que la nature dort encore pour sa majorité, que les herbes sont toujours en léthargie et que les arbres n’ont pas revêtu leur manteau de feuilles, les premières fleurs de fritillaire éclosent dès mi-mars et jusqu’à mi-avril.

jeune fritillaire pintade marais poitevin
Éclosion de fritillaire pintade à la mi-mars

Son terrain de prédilection reste les prairies humides et inondables. Dans le Marais Poitevin, elle s’épanouit dans les prairies sous les peupleraies ou en bordure de fossé à l’ombre des frênes têtards. Une des plus importantes stations de fritillaires pintades est recensée à Amuré, commune maraîchine des Deux-Sèvres où plus de 1000 pieds ont été recensés sous une peupleraie du marais mouillé.

Ses fleurs sont reconnaissables au premier coup d’œil : de grosses cloches de couleur pourpre / mauve tachetées de blanc et dont la tête est inclinée vers le sol. Ses étamines, bien à l’abri de l’humidité dans leur cloche, sont de couleur jaune et ne manquent pas d’attirer les premiers insectes butineurs du printemps notamment le bourdon.

fleur de fritillaire pintade marais poitvin

La taille de cette plante vivace peut atteindre 40 cm de hauteur. La tige peut donner naissance à une ou deux fleurs, rarement plus.

Son avenir dans le Marais Poitevin

eclosion fritillaire pintade la garetteClassée sur la liste rouge des espèces florales menacées en Poitou-Charentes, sa cueillette est donc strictement interdite. Tout comme de nombreuses espèces animales et végétales du marais, sa présence dans le Marais Poitevin révèle cependant un indicateur de bonne santé du marais étant donné que sa survie est liée aux endroits fertiles et humides.

Cependant, comme de nombreux endroits sur terre, les zones humides reculent au profit de l’urbanisation et de l’agriculture intensive. Dans le Marais Poitevin, c’est également un fait avéré et de nombreuses parcelles notamment du marais mouillé qui autrefois servaient de prairies inondables ont été labourées, défrichées voir drainées. Avec le système complexe de gestion de l’eau du marais, les crues « évailles » historiques du marais mouillé sont désormais beaucoup plus rares qu’autrefois. Ces territoires ne sont donc plus si humides qu’auparavant… Ce sont des espaces en moins pour les espèces rares comme la fritillaire pintade. Il est à noter également que la fritillaire est extrêmement sensible aux pollutions produites par l’agriculture intensive sur les prairies et sur leurs bordures (pesticides, engrais, désherbants, etc…).

bonnet d'eveque fritillaire pintade la garette

De là à penser que la disparition progressive de la fritillaire dans nos prairies du marais mouillé est liée à ces constatations, il n’y a qu’un pas…

Une étude portant sur l’inventaire de la fritillaire pintade a été réalisé en Deux-Sèvres sur les années 2001 à 2003. Le bilan confirme la disparition progressive de la fritillaire sur l’ensemble du département et le Marais Poitevin. L’étude confirme également l’importance des prairies humides pour le développement des fritillaires pintades, « qu’elles soient pâturées, fauchées, ou laissées en friches.. »

Plus d’infos sur le site de DNSE* http://www.dsne.org/2007/02/13/la-fritillaire-pintade-en-deux/

*Deux-Sèvres Nature Environnement

station de fritillaire pintade marais poitevin
Station de fritillaires pintades dans le Marais Poitevin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer