La courtilière – Le grillon taupe


La courtilière, que l’on surnomme plus familièrement le « grillon taupe » est un insecte cousin du grillon que l’on peut rencontrer dans le Marais Poitevin. Doté d’un physique surprenant, cet insecte fait le bonheur de ses prédateurs et le malheur des jardiniers…

La courtilière, un drôle de grillon

La courtilière est un insecte assez gros, de 5 cm à 10 cm de long. De couleur marron orangé, sa carapace robuste est recouverte d’un fin duvet. Ses mandibules, sa tête robuste et ses impressionnantes pattes antérieures lui servent de pioche, de pelle et de sécateur pour creuser ses galeries sous terre. C’est étonnant, mais malgré sa démarche pataude, la courtilière est capable de voler grâce à ses paires d’ailes repliées sur le dos. La courtilière sort principalement durant la nuit. Elle est omnivore et se nourrie principalement de végétaux, de racines, de larves, d’insectes, de vers de terre, de limaces ou encore de bulbes de pommes de terre…

photo de courtilière grillon taupe
Courilière – Photo http://gucolula.over-blog.com/

Cet insecte préfère les sols meubles et faciles à creuser : sables, tourbes et tous sols humides et fréquemment retournés (comme les potagers par exemple…). C’est également ce qui explique sa présence dans le Marais Poitevin, terre fréquemment inondée, toujours fraîche et humide. La tourbe qui compose une grande partie du marais mouillé est le terrain de jeu idéal pour les courtilières.

La courtilière se reproduit durant le printemps, la femelle pont 200 à 300 œufs dans une galerie souterraine. Vous pouvez entendre chanter la courtilière mâle le soir pour attirer les femelles. En frottant ses deux élytres l’une contre l’autre (les carapaces dures et cornées qui protègent les ailes de l’insecte), un son strident se dégage :

Ecouter le chant de la courtilière

La courtilière, un insecte indésirable ?

Comme la plupart des insectes, la courtilière n’est pas l’amie des jardiniers… Ses galeries creusées dans la terre sectionnent les racines des plantes et des jeunes arbres se trouvant sur son passage.

courtilière grillon taupe

Le nom de courtilière vient du vieux français « courtil » qui désignait le nom que l’on donnait aux potagers autrefois et dans lesquels on retrouvait fréquemment des courtilières en plein repas…

Malgré sa mauvaise réputation auprès des jardiniers, l’insecte a toute sa place dans la chaîne alimentaire du marais en servant de nourriture aux renards, oiseaux (merles, étourneaux, pies…), hérissons et petits rongeurs.

La courtilière, un grillon taupe qui nage

nage de la courtilière marais poitevinEn temps normal, la courtilière n’est active que durant les beaux jours d’avril à septembre. Durant l’hiver, l’insecte s’enfouit dans la terre à l’abri du froid. Mais dans le Marais Poitevin, on la voit fréquemment nager en période hivernale (de novembre à février), réveillée malgré-elle par les crues du marais mouillé. La courtilière se voit obliger de nager pour survivre dans l’espoir de trouver un promontoire à l’abri de l’évail du Marais Poitevin. On peut dire qu’elle est plutôt bonne nageuse et flotte très bien sur l’eau, aidée par sa pilosité à peine perceptible à l’œil nu.

Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à laisser un commentaire en bas de page ou le partager sur vos réseaux sociaux !! Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *